Écoquartier près de Toulouse : un nouveau projet près de La Ramée

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.
Avatar de l'auteur "Charlotte GUEHENNEC" Charlotte Guehennec

le 08 mars 2021

SOMMAIRE

En accord avec la volonté de Toulouse Métropole de créer 7 000 logements neufs par an, le projet de construction d’un nouvel écoquartier à Tournefeuille ambitionne de redynamiser le secteur du lac de la Ramée avec la livraison de logements neufs plus éco-responsables.

©S. Pech -Shutterstock

Un écoquartier à Tournefeuille pour remplacer le site de la SOCAMIL

Réaménager 20 hectares de friches industrielles en un quartier innovant et écoresponsable : tel est le projet soumis à l’avis des habitants de Tournefeuille. Alors que la centrale d’achat du groupe E. Leclerc déménage son activité logistique dans l’Aude, le site de la SOCAMIL va bénéficier d’une reconversion.

En consultation publique jusqu’au 07 avril 2021, ce réaménagement en écoquartier proposant de nombreux appartements neufs à deux pas de la base de loisirs de la Ramée, est soutenu par la municipalité de Tournefeuille. La construction d’un collège sur deux hectares et demi, pouvant accueillir 600 élèves, est également à l’étude auprès du conseil départemental.

"Le site de la SOCAMIL est amené à évoluer. Aujourd'hui, ce sont des entrepôts, demain nous ambitionnons un écoquartier. Nous avons l'opportunité de réaliser un ensemble équilibré où il fera bon vivre." indique Dominique Fouchier, maire de Tournefeuille et vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’aménagement.

Concrètement, ce nouveau quartier “éco-responsable” aux portes de Toulouse devrait accueillir près de 800 logements neufs, des commerces, des entreprises ainsi que des équipements publics. La première adjointe au maire de Tournefeuille, Isabelle Meiffren, ajoute que des espaces verts et des zones de nature préservée seront intégrés.

Cet écoquartier viendrait compléter l’offre en logements sur le marché immobilier neuf à Toulouse, dont les programmes respectent déjà les normes environnementales en vigueur.

Qu’est-ce qu’un écoquartier ?

S’alignant sur les politiques publiques du Ministère de la Transition Ecologique pour un “immobilier encore plus vert”, les acteurs de la construction et de la promotion immobilière innovent et développent des quartiers “éco-responsables” : ce sont les écoquartiers. Ces zones urbaines sont conçues et gérées dans une démarche de croissance verte de l’habitat. La re-naturalisation du milieu urbain avec des espaces verts, la végétalisation des bâtiments neufs, la gestion de eaux pluviales et l’utilisation d’énergies renouvelables sont des actions concrètes mises en place.

Le label Ecoquartier : créée par l’État en 2009 pour le Grenelle de l’environnement, ce label est attribué aux quartiers qui bénéficient “d’opérations exemplaires d’aménagement durable”. Les collectivités territoriales sont encouragées à mettre en place des quartiers plus respectueux de l’environnement et facilitant la mixité sociale des résidants.
©VOJTa Herout -Shutterstock

À haute valeur écologique, les écoquartiers visent à proposer des appartements neufs éco-construits avec des matériaux dit “durables”, dans un environnement qui privilégie les modes de déplacements doux. La participation des habitants est attendue par des comportements écocitoyens, et la mixité sociale est plébiscitée en multipliant les types d’habitations : logement social, logement intermédiaire, accession maitrisée, logement libre.

En résumé : Un écoquartier a pour vocation d’appliquer et développer l’ensemble des valeurs environnementales, sociales et économiques du développement durable dans un pôle urbain conjuguant ville et nature.

Les prestations écoresponsables de l’immobilier neuf

Les écoquartiers doivent répondre à des critères stricts de performance environnementale, avoir un potentiel de développement économique et garantir la mixité des infrastructures (logements, équipements publics, commerces...)

Les écoquartiers prennent en compte les enjeux de la biodiversité, de l’énergie, mais également de la qualité de vie des résidents et des liens sociaux.

Création de voies piétonnes et cyclables, transports alternatifs, recyclage des déchets, architectures des bâtiments pensées pour limiter les pertes d’énergie, végétalisation des façades... Les écoquartiers se veulent innovants.

L’immobilier neuf œuvre déjà à limiter son impact sur l’environnement. Les normes de la Règlementation Thermique 2012 exige des appartements neufs une consommation énergétique plafonnée à 50 KW/h/m². La labellisation NF Habitat et BBC (Bâtiment Basse Consommation) des logements ou encore l’installation de systèmes domotiques permettant de contrôler le chauffage des pièces et les lumières à distance, participent également à cet objectif environnemental.

©VOJTa Herout -Shutterstock

À noter : La Réglementation Environnementale 2020 va succéder à la RT2012 dès cet été, avec de nouveaux objectifs plus poussés :

  1. Diminuer l’impact carbone des constructions neuves en prenant en compte la totalité des émissions de CO² des bâtiments
  2. Améliorer la performance énergétique de l’habitat en renforçant l’indicateur de besoin bioclimatique (dit “Bbio”)
  3. Garantir un confort en été avec des bâtiments plus résistants aux épisodes de canicule, attendus plus nombreux du fait du changement climatique

En 2020, la France comptabilisait près de 500 écoquartiers répartis sur tout le territoire, dont 53 rien qu’en Occitanie. La région se place 2ème, après l’Ile de France et ses 93 écoquartiers recensés. (Source : site du Ministère de la Transition Écologique)

Les BEPOS : des programmes neufs innovants

Les BEPOS sont des bâtiments développés avec une architecture bioclimatique, dont l’objectif premier est de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Ces “Bâtiments à Energie Positive” bénéficient de différents capteurs comme les panneaux solaires thermiques, les éoliennes ou pompes à chaleur. Dans une démarche d’autosuffisance, les BEPOS récupèrent aussi les eaux de pluie de la résidence et utilisent le procédé naturel du lagunage pour filtrer et dépolluer les eaux usées.

Comme l’indiquent la RE 2020 et le Grenelle 1, “toutes les constructions neuves faisant l’objet d’une demande de permis de construire déposée à compter de fin 2020 représentent, sauf exception, une consommation d’énergie primaire inférieure à la quantité d’énergie renouvelable produite dans ces constructions, et notamment le bois-énergie »” Les BEPOS vont donc se généraliser, notamment dans les écoquartiers.

Un logement BEPOS permet de :

  • réduire sa facture énergétique ;
  • rentabiliser plus rapidement l'investissement immobilier grâce aux économies d’énergie réalisées ;
  • réduire l’impact environnemental des appartements neufs ;
  • faciliter la revente du bien en valorisant sa performance énergétique ;
  • bénéficier des aides financières de la collectivité territoriale ;
  • faire une demande de prêt à taux zéro pour les primo-accédants.

Les enjeux des écoquartiers à Toulouse

Les écoquartiers au service de la croissance démographique toulousaine

Alors que Toulouse est la ville française qui gagne le plus d’habitants chaque année d’après l’INSEE, le secteur de l’immobilier doit pouvoir proposer de nouveaux logements. Afin de désengorger la ville et éviter la densification de population, la construction d’écoquartiers apparait comme stratégique.

En rassemblant des entreprises, des appartements neufs et des commerces, ces nouveaux pôles urbains limitent la saturation du centre-ville de de Toulouse. L'offre de transport en communs dans ces écoquartiers assurent également des déplacements plus écologiques, permettant en même temps de fluidifier le trafic routier de la ville.

La Cartoucherie : l’écoquartier de Toulouse le plus connu

Le quartier de la Cartoucherie, entre le centre-ville historique et la périphérie Ouest de Toulouse, est construit sur une ancienne fabrique de munitions datant d’avant-guerres. Lancé en 2005, il a accueilli ses premiers habitants en 2015, et obtenu le label “Écoquartier” deux ans plus tard.

L’écoquartier de la Cartoucherie s’étend sur 33 hectares, dont 2 hectares d’espaces naturels et parc. Sa mixité fonctionnelle se traduit à terme par 3 500 logements neufs, 12 000 m² dédiés à l’enseignement supérieur, 5 000 m² de commerces et 15 000 m² d’équipements publics dont un pôle enfance.

©saiko3p -Shutterstock

Ce quartier à Toulouse est équipé d’un système de chauffage unique dans la ville rose qui fait appel aux énergies fossiles via la combustion des déchets ménagers. Idéalement situé en intra-muros à proximité du faubourg Saint-Cyprien, l’écoquartier de la Cartoucherie est desservi par 2 stations de tramway, et possède 2,6 km de pistes cyclables.

L’environnement : un enjeu politique

Les acteurs de la construction immobilière s’accordent avec les nouvelles mesures gouvernementales prises en faveur du développement durable : normes environnementales telles que la RT 2012 et la RE2020, l’Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU), l’Agenda 21...

La transformation des territoires permet de positionner la question de l’écologie au cœur de l’action politique et citoyenne. Toulouse s’est ainsi dotée d’un plan Climat Air Energie territorial qui comprend 82 actions. La métropole a par ailleurs obtenu le label indépendant européen CITERGIE qui récompense les communes appliquant une politique écologique.

Une politique qui entend répondre aux inquiétudes des Français qui selon plusieurs études, restent majoritairement concernés par la question de l’environnement.

Toulouse s’implique depuis longtemps sur les thématiques environnementales et socio-économiques. La métropole a en effet déposé sa 1ere demande d’écoquartier en 2014, et en comptabilise à ce jour 4 :

Au total, la Haute Garonne recense 12 opérations d’écoquartiers, répartis dans les villes de Toulouse, Balma, Blagnac, Ramonville-Saint-Agne, Seilh, Castanet-Tolosan, Auzeville-Tolosane, Mondouzil et Léguevin.

Développer des écoquartiers à Toulouse : un enjeu économique

Le projet d’écoquartier sur le site de la SOCAMIL à Tournefeuille est une opportunité économique pour la ville et Toulouse Métropole. La création de ce pôle urbain, qui allie logements neufs, bureaux et commerces, créer de nouveaux emplois. Cet écoquartier offre aussi l’opportunité à des entreprises de s’implanter en périphérie de Toulouse, où le foncier est moins élevé que dans le centre.

La réalisation d’un écoquartier à Toulouse nécessite de faire appel à des entreprises innovantes et spécialisées dans les technologies appropriées pour réaliser ce projet, susceptibles de recruter.

Enfin, la construction d’un collège impliquerait d’attirer de nombreuses familles qui, au sein de l’écoquartier, bénéficient d’un accès facile aux besoins du quotidien : commerces, services et équipements.

Sofia et Mickaël habitent un appartement neuf trois pièces dans le quartier de la Cartoucherie. Idéalement situé près de la rocade, et non loin du centre de la ville, leur logement bénéficie des dernières normes environnementales. Le couple profite ainsi d’une facture énergétique réduite par rapport à un habitat dans l’ancien, et bénéficie au quotidien des divers commerces de cet écoquartier à Toulouse.

À terme, les anciennes halles de la Cartoucherie seront transformées en un tiers lieu comprenant un espace de coworking, des points de restauration et une zone dédiée au sport et au bien-être. Cet écoquartier allie l’intensité urbaine le développement durable et le vivre ensemble.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 61 21 79 49
Partager sur