Quartier Guillaumet, un nouvel ÉcoQuartier à Toulouse

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.
Avatar de l'auteur "Morgane Caillière" Morgane Caillière

le 09 avril 2021

SOMMAIRE

© thieury - Shutterstock

9 février 2021, Emmanuelle Wargon, ministre déléguée de la Transition écologique, chargée du Logement, décerne le label ÉcoQuartier 2020 au Quartier Guillaumet à Toulouse .

Le promoteur Altarea (ancien Cogedim) et le Crédit Agricole Immobilier sont partenaires dans l’aménagement de ce projet de renouvellement urbain avant-gardiste, planté de 40 % d’espaces verts.

Implanté sur une ancienne friche militaire industrielle, le quartier Guillaumet sortira de terre sur un secteur où se tenait jusque dans les années 2000, le CEAT, Centre d’Essais Aéronautiques de Toulouse.

Ce projet immobilier neuf à Toulouse est ceinturé par les quartiers de la Roseraie et Jolimont. Il s'étend sur plus de 13 hectares en cœur de ville au pied de la colline de Jolimont, du futur quartier d’affaire de Toulouse Matabiau, de l’Occitanie Tower et sera desservi par les stations de métro Roseraie et Jolimont

Avec une livraison prévue en 2025, le quartier Guillaumet sera un ÉcoQuartier mixte, de plus de 100 000 m². Il accueillera :

Les programmes New District et Éloge du Parc de Cogedim proposeront des appartements du 2 pièces au 5 pièces (comptez 222 000 € pour les premiers prix), disponibles à l’achat dès maintenant et livrés au cours du 4ème trimestre 2022.

Le quartier Guillaumet à Toulouse : pensé pour l’humain de pied en cape

© fizkes - Shutterstock

Le projet “Quartier Guillaumet” a été conçu avec une volonté marquée de préservation de la mémoire des lieux.

Une rencontre « passeurs de mémoire » est prévue entre les anciens employés du CEAT et les jeunes du lycée Stephan Hessel. Le premier rendez-vous sur le thème de l’histoire du site, prévu en avril 2020, a été reporté en raison de la crise sanitaire.

Autre action notable pour la sauvegarde de l’histoire du quartier : les anciennes cheminées et la Soufflerie seront conservées et mises en valeur.

La Halle aux cheminées sera un lieu de rencontre d’échange et un incubateur d’éco-responsabilité pensée dans une démarche d’Economie Environnementale, Sociale et Solidaire (EESS).

Elle hébergera :


Guillaumet : Un projet de quartier participatif, inclusif et éco-conçu à Toulouse

Le futur quartier Guillaumet a fait l’objet d’une démarche de concertation, engagée entre 2016 et 2018 par Toulouse Métropole. Les échanges avec les riverains et les associations des quartiers voisins sont permanents et accompagnent le projet en continu (pour exemple, l’ensemble des espaces publics ont été co-conçus).

Comment ? des réunions publiques, des ateliers, une exposition et une concertation en ligne ont été organisés par la ville. (La consultation pour la dénomination des rues sur la plateforme : jeparticipe.toulouse.fr a été clôturée le 31 mars 2021). Cette ambitieux programme de concertation a permis d’enrichir le projet de quartier.

Le nouvel ÉcoQuartier toulousain présente, entre autres, l’inclusion d’un habitat participatif et de résidences intergénérationnelles.

L’immobilier participatif du quartier Guillaumet

Suivant la tendance émergeante des grandes métropoles, la résidence participative du quartier Guillaumet abritera entre 15 et 20 appartements.

Les habitants partageront des espaces communs : terrasse, jardin, buanderie, appartement d’amis, atelier, salle polyvalente, composteur, ...

Des logements intergénérationnels et inclusifs

Les créateurs du programme neuf à Toulouse ont imaginé un ensemble de logements inclusifs qui sera composé de :

Un quartier pensé pour lutter contre la chaleur estivale

Une étude de confort thermique est en cours sur le secteur du futur quartier Guillaumet. Elle doit établir 2 scores significatifs : un score d’ICU (îlot de chaleur urbain) et un score de perméabilité, permettant d’indiquer si l’aménagement va améliorer ou dégrader le confort thermique estival lié aux îlots de chaleur urbains.

Les premiers résultats montrent que la conception du quartier Guillaumet permettrait de réduire de 21 % l’ICU et de 25 % la perméabilité par rapport à l’existant.

“Avec notre Partenaire Altarea, nous avons, en concertation avec les habitants du quartier, imaginé un morceau de ville répondant aux besoins de mixité, d'inclusion, de lien social et de protection de la biodiversité. Exemplaire d'un point de vue environnemental, notre projet présente 40 % d'espaces de nature et a donné tout son sens à l'économie circulaire, puisqu'il intègre 75 000 tonnes de béton issus de la démolition des anciens bâtiments, retraités et remployés sur site. Cette labellisation récompense notre engagement, aux côtés des acteurs publics, pour une ville durable et agréable à vivre, au service du territoire et de ses habitants ».

Franck HELARY, Directeur Général Adjoint de Crédit Agricole Immobilier

Un Écoquartier, quésaco ?

© KENG MERRY paper art - Shutterstock

14 décembre 2012, Cécile Duflot, alors ministre en charge du logement, lance le label Écoquartier qui doit répondre à l’un des objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement :

L'État doit encourager « la réalisation, par les collectivités territoriales, d'opérations exemplaires d'aménagement durable des territoires » et notamment des projets d'ÉcoQuartier au sein des territoires qui engagent des « programmes significatifs de développement de l'habitat ». (loi de programmation du 3 août 2009, relative à la mise en en œuvre du Grenelle de l'environnement / article 7).

Définition : Un ÉcoQuartier est un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire. Le ministère s’est doté d’un référentiel en matière d’aménagement durable. Des textes de référence posent également les principes de la ville durable.

ecologie.gouv.fr

Le référentiel Écoquartier "En faveur des villes et territoires durables" a été modifié tout au long de l’année 2019 et sa version aboutie a été présentée lors du séminaire « Habiter la ville de demain ». Le référentiel de labellisation offre une grande liberté de choix des solutions à mettre en place, mais le Label est toujours basé sur une même charte de 20 engagements, partagée en 4 domaines :


  1. Environnement et climat : économie des énergies et diversité des ressources ; prise en compte du changement climatique ; limitation de la production de déchets ; gestion de l’eau ; protection des sols, des milieux naturels et de la biodiversité.

  2. Cadre de vie et usages : aménagement de la ville existante ; démarches pour mieux vivre ensemble ; sécurisation du cadre de vie ; recherche d’une qualité paysagère et architecturale ; valorisation du patrimoine.

  3. Démarche et processus : l’ÉcoQuartier doit répondre aux besoins de tous en tenant compte des contraintes du patrimoine ; le pilotage de projet est participatif ; les choix en matière de financement sont faits dans l’optique d’une approche globale ; les habitudes des usagers et les contraintes des gestionnaires sont prises en compte ; l’ensemble des démarches est évalué en continu.

  4. Développement territorial : favorisation des modes de déplacement propres et des transports en commun ; contribution au développement économique local ; proximité de services divers ; utilisation des ressources locales ; accompagnement vers la transition numérique.

L'objectif affiché du ministère de la transition écologique est de soutenir la réalisation d'aménagements urbains qui répondent précisément aux besoins des territoires et d'engager une démarche progressive vers l’aménagement durable des villes.

Immobilier neuf : Toulouse fait pousser les ÉcoQuartiers

© czitrox - Shutterstock

Dans la préfecture de Haute-Garonne, 5 quartiers ont aujourd’hui décroché le sésame gouvernemental ; le projet de quartier Guillaumet est le dernier en date. Le premier programme immobilier à avoir décroché le label ÉcoQuartier est le quartier d’Andromède Andromède, en 2014, construit entre les communes de Blagnac et de Beauzelle.

Entre 2010 et 2021, les Écoquartiers sont sortis de terre aux 4 coins de la ville rose :

Toulouse Métropole participe au projet "Urban Régénération Mix"

Urban Régénération Mix n’est pas un programme musical sur MTV (comme son nom pourrait le laisser croire), mais un projet international d’échange de bonnes pratiques en matière de réaménagement des quartiers urbains.

Prix de l’opération : 600 678 €, dont 54 476 € pour Toulouse Métropole.

Il implique 7 villes européennes motivées par la discussion autour de problématiques de :

Un "plan de transfert" voué à évoluer a été réalisé au début du projet pour identifier les bonnes pratiques à transmettre ou s’approprier.

Pour Toulouse Métropole, les bonnes pratiques qui ont émergé de ce premier plan sont la consultation citoyenne et les partenariats entre acteurs publics et privés.

Le projet s’est dans un premier temps concentré sur la concertation citoyenne mise en place pour l'aménagement du quartier Guillaumet. Dans un second temps, il s’est précisé pour aboutir à la proposition d’élaboration d’une méthodologie commune autour des actions mises en place pour favoriser le processus de participation citoyenne.

Cette “charte” des bonnes pratiques sera au service de toutes les directions de la Métropole de Toulouse (urbanisme, culture, innovation…).

Le quartier Guillaumet a été choisi comme projet test de concertation citoyenne. Toulouse Métropole a notamment travaillé sur l’organisation des pratiques de concertation et les actions de médiation dans le but de généraliser la concertation citoyenne pour un grand nombre de projets, sur le territoire.

Un ULG (groupe de travail local) a été organisé sur ce site dans une optique d’amélioration des pratiques. Il regroupe une quinzaine d’acteurs, internes et externes à Toulouse Métropole, dans le but d’échanger autour de la concertation citoyenne autour de l’aménagement du quartier Guillaumet.

Partager sur