Où vivre en famille en 2020 ?

Temps de lecture estimé à environ 4 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 24 juillet 2020

SOMMAIRE

Services de proximité, commerces, sécurité, réseau de transports, établissements scolaires et espaces verts sont autant de caractéristiques à prendre en compte pour choisir une ville où vivre en famille. Ces paramètres seront également importants en cas d’investissement immobilier : qu’il s’agisse de l’achat d’une résidence secondaire ou d’un investissement locatif, il est préférable que la ville choisie bénéficie de ces quelques atouts. Sans grande surprise, ce sont deux villes du sud-ouest qui arrivent en tête des classements.

L'Occitanie : idéale pour vivre en famille

Parmi les meilleures villes où vivre en famille selon un classement publié le 8 février sur le Figaro Magazine, on compte :

Selon ce même classement des villes où vivre en famille, on retrouve plusieurs communes d’Occitanie : Montpellier dans l’Hérault, Montauban en Tarn-et-Garonne et Nîmes dans le Gard, respectivement 9ème, 20ème et 39ème.

Toulouse, n°1 des villes où il fait bon vivre en famille

L’examen minutieux de ces différents paramètres a permis de placer Toulouse en tête du classement des meilleures villes où vivre en famille en 2020. Avec une note de 17,78/20, la métropole devance de peu Nantes en Loire-Atlantique (17,75) et Lyon dans le Rhône (17,68). Ce sont notamment les performances économiques et le dynamisme démographique de la ville rose qui lui ont valu cette note.

Les trois métropoles sont également en tête concernant la création d’emplois ces cinq dernières années. Bien qu’alourdie par un important taux de chômage de 8,5%, Toulouse bénéficie du dynamisme d’une population relativement jeune et 15% des familles se composent d’au moins un enfant. En termes de croissance démographique, la ville rose a vu sa population augmenter de 6,3% en seulement 5 ans. Le salaire net moyen est quant à lui de 2.262 €.

Toulouse entraîne la métropole dans son sillage positif

En tant que capitale de l’Occitanie, Toulouse entraîne avec elle les villes frontalières dans son sillage positif - Montauban, Albi, Saint-Gaudens - et possède ainsi une aire urbaine aussi attractive que sa capitale.

Bayonne : ville de taille moyenne où vivre en famille

Bayonne : une croissance démographique spectaculaire

Bayonne est la meilleure ville de taille moyenne (entre 50.000 et 100.000 habitants) où vivre en famille dans le Pays basque, toujours selon le sondage du Figaro Magazine. Sa note de 17,96 lui fait enfin devancer les communes bretonnes de Vannes et Quimper.

Bayonne est en effet la ville ayant enregistré la plus forte croissance démographique de ce palmarès, avec une augmentation sa population de 14,1% en cinq ans (contre seulement 4% pour les autres villes moyennes du palmarès).

Elle dispose, en outre, d’un taux de 58,7% de réussite au bac (tout proche, donc, des 61,2% attribués à la ville de Colmar, en tête sur ce critère).

Bayonne : une ville aux multiples atouts environnementaux

Quant à son cadre de vie, Bayonne n’a pas à rougir : située entre l’océan Atlantique et les montagnes des Pyrénées, la commune profite de splendides panoramas, et d’un climat particulièrement doux et agréable. Ses voisines, Biarritz, Anglet et Saint-Jean-de-Luz, contribuent à faire de ce secteur une destination prisée à la fois par les touristes et les investisseurs. Si les logement neufs y sont plutôt rares contrairement à l’immobilier neuf à Toulouse, florissant, c’est bien parce qu’on se transmet les précieuses propriétés de génération en génération.

Méthodologie du classement Le Figaro

Les critères du bien-vivre en famille

Pour mettre en place un tel classement, les journalistes du Figaro Magazine se sont appuyés sur plusieurs éléments, répartis en 9 catégories :

Au total, ce sont près de 30 indicateurs qui ont été passés au crible, pour s’ajuster au plus près à ce que peuvent être les attentes des familles. L’étude mise en place par le Figaro Magazine s’est par ailleurs appuyée sur diverses sources officielles fiables, dont certaines impliquaient une dizaine d’éléments pour un seul et même indicateur : variété des professions médicales présentes sur place, diversité des commerces, superficie des espaces verts, etc.

SOURCES

Partager sur