Assurer son logement étudiant à la rentrée

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.
Avatar de l'auteur "Léonard B." Léonard B.

le 15 septembre 2021

SOMMAIRE

A chaque rentrée, le marché locatif est en ébullition pour loger les étudiants. Comme d’autres métropoles, la ville rose est connue pour ses nombreuses formations et on cherche à s’y installer pour suivre ses cours. Du logement dans le centre ancien à la résidence étudiante en passant par l’appartement neuf à Toulouse, l’immobilier de type studio et T2 est pris d’assaut. Oui mais voilà, dans toute cette agitation, il convient de ne pas oublier d’assurer son logement étudiant !

©Fusionstudio - Shutterstock

Assurer son logement étudiant : quelles garanties au contrat ?

Obligations : responsabilité civile et risques locatifs

Quand un étudiant devient locataire ou colocataire, il doit obligatoirement assurer son logement pour toute la durée du bail, en s’adressant à la compagnie de son choix. Un étudiant est responsable des dommages qu’il peut causer au logement qu’il loue. L’assurance qu’il souscrit doit donc garantir sa responsabilité civile et le couvrir contre les risques locatifs, c’est-à-dire contre les incendies, les explosions et les dégâts des eaux.

Si l’un de ces problèmes survient, la compagnie d’assurance s’engage à payer au propriétaire du logement le montant de réparation des dommages dont l’étudiant locataire est responsable. Les clauses du contrat définissent ensuite ce que ce dernier doit à l’assurance.

Remarque : la plupart du temps, les propriétaires exigent une attestation d’assurance, pour accéder à la location puis à chaque renouvellement de bail.

Ces garanties obligatoires ne couvrent pas les biens du locataire. Des ajouts optionnels au contrat d’assurance habitation peuvent remédier à cela, une couverture minimum de l’étudiant et de ses biens étant très fortement conseillée.

L’assurance logement en colocation étudiante

En colocation, chaque colocataire doit avoir souscrit une assurance responsabilité civile. Comme les risques locatifs doivent aussi être couverts, il y a ensuite deux solutions :

  1. Si chaque colocataire souscrit un contrat d’assurance habitation individuel, chacun devra cotiser auprès de sa compagnie d’assurance, lui signaler vivre en colocation, la renseigner sur les noms et compagnies d’assurance des autres occupants.
  2. Un colocataire peut souscrire un contrat qui couvre l’ensemble des colocataires, lesquels pourront se partager le coût de l’unique cotisation souvent moins chère.

Des garanties complémentaires

Il est possible d’assurer son logement étudiant contre divers risques. De nombreuses garanties complémentaires peuvent être incluses dans une formule ou ajoutées « à la carte » au contrat :

Remarque : les compagnies d’assurance proposent des formules multirisques habitation qui regroupent des garanties parmi les plus communément utiles pour un logement.

©Africa Studio - Shutterstock

Choisir une assurance logement étudiant

Locataire étudiant

S’il s’avère qu’un étudiant est encore mineur, c’est à ses parents de souscrire une assurance pour sa location. Lorsqu’il est majeur, il doit en souscrire une en son nom propre. Ceci étant, les compagnies fixent également une limite d’âge pour leurs formules d’assurance habitation pour étudiants : 25 ans, 26 ans, parfois 28 ans, selon l’organisme sollicité. Et il faut pouvoir justifier de son inscription dans un cursus post bac pour en bénéficier.

Une couverture adaptée

Plus on souscrit de garanties pour assurer son logement étudiant, plus le contrat coûte cher. Cependant, les compagnies prennent en compte les moyens financiers restreints des élèves de l’enseignement supérieur et proposent des formules adaptées à leur budget et à leurs besoins.

Ces formules couvrent généralement les objets personnels de l’étudiant, pour un montant inférieur à celui des assurances classiques mais souvent avec des garanties tout à fait suffisantes. La garantie contre les vols et les tentatives de vol en fait souvent partie aussi.

Trouver un bon rapport garanties-prix

Il est conseillé de bien lister les garanties dont on a besoin, sans en ajouter trop ni en enlever pour faire baisser le prix, et de comparer les assurances habitation étudiante en ligne en sollicitant des devis.

En faisant des simulations sur les sites de différentes compagnies d’assurance ou en utilisant un comparateur en ligne gratuit, on fait jouer la concurrence et on peut identifier le devis qui propose la formule assurantielle adéquate au meilleur prix. Pour donner un ordre d’idée, une cotisation annuelle pour assurer son logement étudiant peut coûter entre 35 euros et 150 euros, selon la formule.

Remarque : la taille d’un logement étudiant, le mobilier qu’il peut contenir, le quartier et la ville dans lesquels il se situe, influencent le prix d’une assurance habitation à la hausse ou à la baisse.

Astuce : mieux vaut cotiser un peu plus chaque mois pour une couverture dont on aura besoin plutôt que d’avoir à payer très cher quand un problème non couvert survient !

©charnsitr - Shutterstock

Bailleur de logement étudiant

Il n’est pas simple de gérer seul une location étudiante. Cela prend du temps et nécessite des compétences à la fois administratives et comptables assez chronophages. Ce qui ne doit pas empêcher les investisseurs de louer un appartement neuf à Toulouse. Car il existe des solutions pour déléguer tout ce travail.

IMMO9 dispose d’une agence de gestion locative à Toulouse et se propose de s’occuper de votre logement pour étudiant. L’aide à la déclaration fiscale, la sécurisation des revenus locatifs et la gestion des appels de fonds font partie de ses compétences. Les prestations comprennent une assurance qui couvre les loyers impayés, les détériorations immobilières et inclus une protection juridique. Tout le nécessaire pour louer sereinement son appartement étudiant à Toulouse.

Contrat : les points de vigilance

Il est recommandé de prêter une grande attention à tous les détails d’un contrat d’assurance habitation étudiant, et notamment à trois éléments :

Assurance logement étudiant : les démarches

En cas de sinistre

Il faut contacter son assurance le plus vite possible après un sinistre : dans les 48 heures après un vol, dans les cinq jours ouvrés pour tout autre cas. Ce faisant, l’assuré doit préciser son identité, son numéro de contrat, la date et la nature du sinistre ainsi que les circonstances et la description des dommages, que ce soit chez l’étudiant et aussi chez ses voisins le cas échéant. Ces informations sont à transmettre en lettre recommandée avec accusé de réception, ou par toute autre modalité mise en place par les compagnies d’assurance, sur internet ou par téléphone.

Remarque : s’il s’agit d’un petit sinistre comme certains dégâts des eaux, il peut être plus simple de remplir un constat amiable, car cela permet de faciliter et d’accélérer le remboursement par l’assurance.

En cas de défaut d’assurance

Si l’étudiant locataire ne souscrit pas d’assurance, le propriétaire peut en souscrire une à sa place sous certaines conditions. Cette assurance ne comprendra que les garanties minimums légales et son coût sera ajouté à celui du loyer. Une majoration de 10 % peut également être appliquée au loyer pour compenser les démarches du propriétaire bailleur.

Remarque : un propriétaire peut inclure une clause de résiliation du bail en cas de manquement de son locataire. C’est aussi pour bénéficier de toutes les précautions de ce genre qu’il est conseillé aux bailleurs de passer par une agence de gestion locative.

En cas de résiliation

On peut envoyer une lettre de résiliation à son assurance logement étudiant, en tenant compte de la durée de préavis stipulée dans le contrat (entre 1 et 3 mois généralement). Avant un an de contrat, des frais de résiliation sont à prévoir, sauf si l’un des motifs de résiliation sans frais prévus par la loi peut être justifié. Après un an de contrat, il est possible de résilier une assurance habitation sans frais ni justification.

En bref…

Les étudiants sont obligés de couvrir leur logement à la rentrée, via la compagnie d’assurance de leur choix. La responsabilité civile et les risques locatifs sont les garanties minimums, mais il est plus judicieux de se protéger davantage en ajoutant d’autres garanties au contrat. Des formules étudiantes sont proposées, ainsi que des assurances « à la carte ». Identifier ses besoins et comparer les offres en ligne permet de choisir le meilleur rapport garanties-prix. Pour les bailleurs, passer par une agence de gestion locative est la solution la plus simple.

Partager sur