Dessine-moi Toulouse : où en sont les 15 projets du concours d’urbanisme de la ville rose ?

Publié le 07 décembre 2020 par

Camille Morere Avatar de l'auteur "Camille MORERE"

SOMMAIRE

Toulouse est une métropole dynamique et attractive dont la croissance démographique n’est plus à démontrer. La capitale de la région Occitanie aime innover et proposer des projets économiques et sociaux toujours plus innovants afin de garantir le bien-être de ses riverains. De nombreux projets immobiliers neufs fleurissent à Toulouse, une 3ème ligne pour le métro toulousain arrivera à l’horizon 2027 ainsi qu’un concours d’urbanisme pour proposer de nouveaux modèles de construction immobilière et penser la ville de demain.

C’est en mars 2018, que le président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc, annonçait le top départ du concours d’urbanisme “Dessine-moi Toulouse” dans le but de proposer des projets innovants d’aménagement du territoire toulousain. Un appel à projet public et privé avait alors été lancé et 15 opérations immobilières innovantes avaient été retenues en mars 2019.

Placé sous le signe de l’innovation dans les usages, les services, les modes de vie mais aussi dans l’architecture, la valorisation du patrimoine, l’investissement de nouveaux sites, le concours “Dessine-moi Toulouse” a pour vocation de faire mieux, plus vite avec de nouveaux modèles économiques viables en matière d’urbanisme. L’efficacité énergétique, l’adaptation climatique, l’attractivité sont au cœur de cet appel à projet tout comme la participation et la concertation de tous les acteurs des opérations immobilières, y compris les riverains.

Vingt mois se sont écoulés depuis l’annonce des lauréats. À l’heure actuelle, où en sont ces 15 projets qui doivent transformer le visage urbain de la Ville Rose ? Faisons le point.

 Dessine-moi Toulouse – Croquis en noir et blanc d’une place de la ville de Toulouse.
Dessine-moi Toulouse : 15 projets d’urbanisme lauréats ©RomanYa - Shutterstock

Dessine-moi Toulouse : une nouvelle logique d’aménagement du territoire toulousain

Avec ce concours d’urbanisme “Dessine-moi Toulouse”, le maire de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc souhaite mobiliser les entreprises innovantes et les nouveaux talents dans les secteurs de l’architecture et de l’urbanisme.

“Avec « Dessine-moi Toulouse », nous affichons une nouvelle logique d’aménagement du territoire. Cette démarche témoigne de la confiance que je place dans les investisseurs privés et dans l’esprit d’innovation et d’avant-garde qui les caractérise. Nous ferons ainsi appel à l’innovation sous toutes ses formes, qu’elle soit dans les usages, les services, l’architecture, les méthodes, mais également en matière d’efficacité énergétique. Nous devons la réussite économique de notre territoire aux entreprises et aux synergies que nous pourrons créer ensemble avec des projets publics-privés efficaces.”, affirme le maire de Toulouse.

Après délibération d’un jury composé d’habitants, de professionnels de l’immobilier et d’acteurs du territoire, ce sont 15 projets immobiliers novateurs qui ont été sélectionnés pour voir le jour dans la Ville Rose.

Dix projets immobiliers actifs en novembre 2020

Interrogée sur l’avancée des projets lauréats du concours “Dessine-moi Toulouse”, Annette Laigneau, vice-présidente de Toulouse Métropole en charge de l’urbanisme, répond : “L’intérêt de Dessine-moi Toulouse, c’était aussi d’innover en matière de concertation avec les habitants. Cela a modifié le comportement de certains promoteurs, qui ont été challengés, et leur a donné une perspective : celle de travailler différemment. Sur les 15 projets qui avaient été retenus, il y en a dix qui sont actifs et cinq qui sont en attente d’être lancés ou qui sont remis en question.”

L’objectif principal de ce concours d’urbanisme à Toulouse est de dénicher les nouveaux modèles, de challenger les promoteurs immobiliers afin de les inciter à s’entourer de nouvelles compétences et de nouveaux talents qu’ils n’ont pas pour habitude d’aller chercher. Avec “Dessine-moi Toulouse”, la municipalité souhaite que les promoteurs immobiliers fassent preuve d’imagination et d’innovation en matière de concertation avec les habitants.

Cependant, à cause de la crise sanitaire et économique que nous traversons en cette année 2020, il n’est pas facile d’avancer sur ces projets immobiliers. Sur les 15 lauréats du concours, seuls 10 programmes sont en cours de réalisation actuellement : le projet au château de Paléficat, celui des berges de l'Hers, celui aux Argoulets, à Amouroux, à Bordeblanche, celui de l'OMS, Lapujade, Borderouge, Jolimont et Sky One.

“Tout ça, ça avance !”, affirme Annette Laigneau. “À l’issue du mandat, j'espère que les 10 projets seront dans les clous”.

 Dessine-moi Toulouse – Main qui tient une tablette numérique sur laquelle est posé des symboles de la construction immobilière.
L’avancée des projets immobiliers lauréats du concours d’urbanisme “Dessine-moi Toulouse” ©Blue Planet Studio – Shutterstock

Focus sur l’avancée des projets en cours :

Le château de Paléficat

Bien qu’un projet plus global d’urbanisation du quartier encore “rural” de Paléficat devrait arriver à l’horizon 2030, le concours “Dessine-moi Toulouse” a sélectionné ce projet dédié à l’agriculture en milieu urbain. Ce programme prévoit un aménagement du parc du château ou la construction de tiers-lieux sur les 5,5 hectares de territoire. Présentement, le projet est en cours de réalisation mais nécessite une modification du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal et de l’Habitat (PLUIH).

Les bergers de l’Hers

L’Agriparc des Berges de l’Hers consistera à renouer avec les activités agricoles et permettra de revaloriser et renforcer la pérennité des terrains agricoles au nord de Toulouse. Aujourd’hui, le projet avance sans encombre.

Les Argoulets

Un bâtiment spectaculaire s’élèvera à la place du parking du métro Argoulets et proposera un parking de 1 000 places de stationnement ainsi qu’un espace tourné vers la réalité virtuelle, l’e-sport et les start-up. Actuellement, c’est l’un des projets qui avance le mieux. Des arbitrages financiers sont encore à faire mais devraient être effectués rapidement. L’objectif à atteindre est une livraison en 2023 avant les Jeux-Olympiques.

Amouroux

Le projet Habitat Cousu Main vise à la réhabilitation des halles d’Amouroux, aujourd’hui utilisées pour partie par le théâtre du Capitole pour ses ateliers de costumes et de décors d’opéra. Ce programme immobilier neuf développera un concept inédit et innovant de logements à destination des primo-accédants. Actuellement, le projet suit son cours mais nécessite une modification du PLUIH comme pour le château de Paléficat. Pensée en collaboration avec les habitants du quartier, la construction dépend du départ de l’annexe du Théâtre du Capitole.

Bordeblanche

Les Co-Habitants à Bordeblanche est un projet qui a pour objectif de répondre aux enjeux de l’habitat partagé et intergénérationnel. Il proposera une mixité d’offices et d’usages au-delà d’une simple habitation. Parmi les projets du concours “Dessine-moi Toulouse” les plus avancés, cette opération immobilière sortira au plus vite. Il y a encore un travail à faire avec les associations de quartier mais le permis de construire a déjà été déposé.

Le projet de l’OMS

Le Hub à l’Oncopole situé sur les vestiges de la catastrophe d’AZF, sera réhabilité et deviendra l’entrée de l’Oncopole. Ce hub de l’OMS deviendra un espace d’échanges et de rencontres. Il contiendra quelques commerces et services de proximité. Le projet suit son cours sans heurt.

Lapujade

Eux-Re à Lapujade mixera des logements neufs participatifs avec des activités dédiées à l’économie sociale et circulaire ainsi qu’avec des activités de production audiovisuelles, via la Forêt électrique. Ce projet veut consolider l’esprit du quartier. À l’heure actuelle, l’opération immobilière à Lapujade suit son cours. Elle avance même à un rythme soutenu avec des réunions mensuelles entre les différents acteurs du projet.

Borderouge

Le Pop-Up Métropole à Borderouge vise à concevoir la ville en mode agile. Ce projet verra la création de commerces, de logements et places de stationnement permutables en bureaux au besoin. Le projet avance et suit son cours.

À Jolimont

My Jolimont veut attirer les nouveaux publics et souhaite offrir des services et des espaces qualitatifs aux habitants du quartier : espaces verts, coworking, supermarché alternatif, bureaux, crèches, logements, etc. Le permis de construire sera déposé en 2021. “Il faut que le projet soit cohérent avec celui du CEAT et l’arrivée de 1 200 personnes qui travaillent à la Cité administrative”, explique Annette Laigneau, vice-présidente à la mairie.

Sky One

Sur le site historique de l’aéroport Toulouse-Blagnac, ce projet novateur se focalise sur le bien-être au travail, la proximité avec la nature, la fluidité de la circulation du site (mobilités douces) et proposera des caractéristiques innovantes durables. Actuellement, le projet suit son cours tranquillement.

 Dessine-moi Toulouse - Ingénieur en construction immobilière qui dessine les plans d’une ville.
Dix projets immobiliers sont en cours de réalisation pour le concours d’urbanisme “Dessine-moi Toulouse” ©Sergey Nivens – Shutterstock

Cinq projets du concours “Dessine-moi Toulouse” sont à l’arrêt

Même si la grosse majorité des projets lauréats du concours d’urbanisme toulousain avancent sûrement, ce n'est pas le cas en revanche de certains autres. Cinq d’entre eux sont “plus compliqués à mettre en œuvre", admet la vice-présidente de Toulouse Métropole chargée d’urbanisme, Annette Laigneau.

C’est le cas de la crypte de Saint-Aubin, du projet du Stade-Toulousain, de celui d’Aussonne, de Saint-Jean et celui de Saint-Alban. Leurs statuts ne sont pas encore définis et oscillent entre “en attente d’être lancés ou remis en question”. Toutefois, ils ne sont pas officiellement abandonnés mais ne devraient pas voir le jour dans les années à venir pour diverses raisons.

Focus sur les projets à l’arrêt

Le projet du Stade-Toulousain

“Drop Métropole Active” à Ernest-Wallon voulait booster l’environnement immédiat du Stade-Toulousain. Un nouveau bâtiment de 100 000 m² devait s’ériger à l’emplacement de l’actuel parking du stade et du barnum qui accueille les réceptions de fin de match. Ce projet immobilier devait prévoir la création d’un “Campus du sport” avec un petit Palais des sports, un centre de formation multisports avec un internat pour les jeunes sportifs, un gymnase et un musée du rugby.

Actuellement, c’est un projet excessivement complexe qui ne fait pas l’unanimité dans le quartier des Sept-Deniers. Pour le moment en stand-by, le projet du Stade Toulousain “doit se mûrir”, pense Annette Laigneau. “Il y a un gros travail qui doit être fait avec les associations de quartier, qui sont très vigilantes et qui ont été inquiétées par les opérations de Dessine-moi Toulouse.”, explique l’élue.

Light House à Saint-Aubin

La crypte de l’église Saint-Aubin de 1 500 m² devrait accueillir de nouvelles fonctionnalités autour de numérique au service des start-up et des micro-entreprises. Aujourd'hui, cette opération va beaucoup moins vite que les autres projets et le diocèse n’est pas encore suffisamment rassuré sur la désacralisation de la crypte. La municipalité tente de relancer ce projet qui connaît certaines réticences.

Energie + à Saint-Alban

Un projet novateur dont le but est la création d’une nouvelle entrée Métropolitaine dans le quartier de Saint-Alban. Ce projet, bien qu’il ne soit pas abandonné, est en attente d’être lancé et ne devrait pas avoir le jour rapidement.

Le Tremplin d’Aussonne

Ce projet immobilier innovant souhaitait transformer un foncier en atout pour la commune et ses habitants grâce à une revitalisation du site et la création d’une résidence pour les jeunes actifs. Aujourd’hui, le projet est en stand-by. De nouvelles équipes sont arrivées avec les dernières élections municipales. Il y a un travail à effectuer avec les élus et des modifications du PLUIH. Tout cela bloque l’avancée du projet.

À la place du cœur à Saint-Jean

Ce projet immobilier neuf a pour vocation la construction d’une trentaine de logements conçus pour et avec leurs futurs occupants. Cette place sera réinventée pour créer un espace public libéré et végétalisé. Pour l’instant, le projet est actuellement en arrêt. La municipalité de Toulouse Métropole craint que ce projet soit interrompu à cause du changement de maire à Saint-Jean.

Partager sur