La culture, outil de mise en valeur des quartiers prioritaires de la ville

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.
Avatar de l'auteur "Amélie CARALP" Amélie CARALP

le 29 septembre 2021

SOMMAIRE

Dans le cadre de son projet de renouvellement urbain, la ville de Toulouse a identifié six quartiers prioritaires de la ville (QPV). Il s’agit de Bellefontaine, Empalot, La Reynerie, Mirail Université, Izards - Trois Cocus / La Vache et Bagatelle – La Faourette – Papus – Tabar – Bordelongue. L’objectif ? Renouveler les conditions de vie au sein de ces quartiers pour les rendre plus attractifs, notamment par la démolition et la reconstruction de logements de meilleure qualité.

La question des infrastructures et espaces publics fait également partie du projet. Offrir aux habitants des lieux de loisir où se retrouver, avec de véritables cœurs de quartier est l’un des enjeux majeurs de ce projet. Pour cela, la municipalité mise sur la culture, possiblement porteuse d’une nouvelle impulsion bénéfique pour les QPV à Toulouse.

À ce titre, la mairie de Toulouse a lancé deux appels à projet “Expérimentation culturelle” à Empalot et La Reynerie. Des projets qui s’insèrent pleinement dans celui, plus large de renouvellement urbain, qui pourront à termes améliorer la qualité de vie dans ces deux quartiers et les rendre donc plus attractifs. Une aubaine peut-être pour les promoteurs immobiliers et leurs programmes neufs à Toulouse.

Des appels à projet pour les quartiers de la Reynerie et d’Empalot

Dans le but d’intensifier sa politique culturelle dans les quartiers prioritaires, la Mairie de Toulouse a lancé un appel à projet pour les quartiers de la Reynerie et d’Empalot. Ces projets s’inscrivent dans le cadre du renouvellement urbain de Toulouse voulu par la municipalité, en inscrivant la culture au cœur du développement urbain.

Les porteurs de projet ont jusqu’au 1er octobre 2021 pour faire part de leur candidature à la Mairie. Chaque projet retenu recevra ainsi une subvention dont le montant pourra varier entre 5 000€ et 20 000€, sans excéder 60% du coût global du projet. Les projets devront être élaborés d’avril à octobre 2022 sur les territoires choisis. Une façon pour l’équipe de Jean-Luc Moudenc de mettre en valeur ces quartiers en réaffirmant et valorisant leur identité culturelle.

Une résidence artistique à La Reynerie

©Dr Brains - Shutterstock

La Reynerie fait d’abord l’objet d’un appel à projet afin d’ouvrir la voie à La Cité de la Danse qu’elle accueillera en 2025. Le quartier verra donc se développer une résidence artistique de territoire afin de développer le vivre-ensemble. Ce projet devra proposer une “offre culturelle de médiation” et des évènements festifs.

Le projet sera en fait une opportunité de créer et valoriser une présence artistique dans le quartier avant même la création de La Cité de la Danse. Le leitmotiv de cette nouvelle résidence artistique sera donc la danse.

Lors du choix du projet, la Mairie privilégiera les propositions appuyant le croisement de la danse avec d’autres modes d’expression artistiques tels que le théâtre ou les arts de la rue. Le but est aussi de créer une ”dynamique de territoire autour de temps chorégraphique festifs qui privilégient l’occupation de l’espace public ainsi que la participation des habitants”. La ville de Toulouse veut ainsi créer de la cohésion autour d’un projet culturel fort, capable de valoriser l’identité du quartier.

Ce type d’initiative, en plus de conforter et valoriser l’identité du quartier, permet de le rendre plus accessible et plus attractif. En créant des espaces de convivialité autour de la culture, la Ville de Toulouse souhaite faire de La Reynerie un quartier fort d'une véritable spécificité culturelle, la danse. Développant ainsi son rayonnement et son dynamisme culturel.

En incluant cet appel à projet dans le cadre du renouvellement urbain, la municipalité envisage de faire d’une pierre deux coups. L’un des trois axes du Projet de Renouvellement Urbain du quartier de La Reynerie étant l’amélioration de la qualité de vie des habitants et de l’attractivité du quartier, notamment par la constitution d’une offre plus variée de logements et la construction de programmes neufs, un tel projet ne peut que contribuer à attirer de nouveaux habitants et à offrir à ceux déjà présents un cadre de vie plus agréable.

Un projet d’art visuel intégré à la friche d’Empalot

©Mairie de Toulouse - Shutterstock

Jouissant d’une situation idéale, au pied des coteaux de Pech-David, à quelques minutes du futur Grand Parc Garonne et proche du centre de Toulouse, le quartier d’Empalot a tout pour attirer de nombreux nouveaux résidents.

Il bénéficie aussi justement de l’appel à projet “Expérimentation culturelle”. Quartier prioritaire de la ville le plus proche de l’hypercentre, Empalot s’est déjà grandement métamorphosé. De nombreux programmes neufs ont émergé ces dernières années, et un nouveau cœur du quartier a été créé, la nouvelle place commerciale Aline Viadeu.

C’est précisément sur la friche de l’ancienne place commerciale que le projet culturel devra voir le jour. Il sera axé sur l’art visuel (arts plastiques, graffiti, photographie...) et favorisera l’expression artistique des habitants. Le candidat devra mettre en place un projet qui permettra aux résidents du quartier de s’intégrer et de participer pleinement à la vie culturelle du quartier.

Le quartier étant déjà doté d’infrastructures culturelles telles que la Médiathèque ou la MJC La Brique Rouge, ainsi que de nombreuses associations culturelles, les projets favorisant la coopération avec ces acteurs seront préférés. Le but de ce projet sera donc de contribuer à la diversité culturelle du quartier, à son dynamisme et à son rayonnement, tout en intégrant pleinement les habitants et en affirmant l’identité d’Empalot.

La culture au cœur du développement urbain

La Ville de Toulouse a choisi, avec ces deux appels à projet, d’intégrer le facteur culturel à sa politique de renouvellement urbain. Avec pour objectif de rendre la culture accessible à tous et de rendre plus attractif les QPV de Toulouse en créant des lieux de médiation par la culture, favorisant le vivre-ensemble et valorisant l’identité des quartiers.

L’aspect culturel n’est effectivement pas le premier qui vient à l’esprit lorsque l’on pense développement et renouvellement urbain. Pourtant il est clair qu’un quartier bénéficiant d’un fort dynamisme culturel peut être potentiellement plus attractif pour toute une frange de la population. Des espaces culturels bien pensés et exploités peuvent également s’avérer être de très bons moyens pour booster l’économie de ces quartiers.

Quelle politique culturelle pour la Ville de Toulouse ?

Les actions menées dans les quartiers de La Reynerie et d’Empalot s’insèrent également dans le cadre plus vaste de la politique culturelle de la Ville de Toulouse et de Toulouse Métropole. Cette politique culturelle, définie par un contrat de ville 2015 à 2020 et renforcée par un Protocole d’Engagements Renforcés et Réciproques (PERR), dégage quatre axes majeurs:

  1. Rendre la diversité de l’offre culturelle plus accessible et compréhensible pour les habitants des QPV.
  2. Renforcer l’attractivité de la métropole par des évènements culturels, sportifs et de loisir.
  3. Animer des espaces publics pour favoriser l’appropriation par des publics féminins.
  4. Travailler à l’occupation positive des espaces publics, plus particulièrement le soir et le week-end.

Une politique qui met à l’honneur les QPV puisqu’il s’agit d’amener la culture justement dans ces quartiers. Dans la charte d’engagement 2017 à 2020 de Toulouse Métropole, de nombreux établissements culturels se sont ainsi engagés à agir dans les QPV afin d’assurer un accès équitable à la culture à tous les habitants de la Métropole.

Une politique culturelle associée aux quartiers en plein renouvellement urbain

©Nelson Antoine - Shutterstock

À travers ses axes stratégiques, le Contrat de ville vise particulièrement les QPV afin d’y apporter un plus grand dynamisme culturel. Ces objectifs sont au nombre de trois :

  • Favoriser l’accès de tous au sport et à la culture.
  • Conforter l’appropriation positive des espaces publics.
  • Renforcer les relations entre équipements et services des centres et des périphéries.

En ce sens, les appels à projet “Expérimentation culturelle” pour les quartiers de La Reynerie et d’Empalot, deux QPV, sont des réponses très concrètes au Contrat de Ville. En s’inscrivant au cœur des territoires qu’ils seront chargés de dynamiser culturellement, ces projets sont une véritable opportunité pour Toulouse d'ouvrir la culture à tous tout en favorisant une meilleure appropriation des espaces publics par tous les résidents, sans exception.

Partager sur