Métro Ligne B à Toulouse : les études préalables aux travaux de prolongement approuvées

Temps de lecture estimé à environ 8 minutes.
Avatar de l'auteur "Charlotte Costa" Charlotte Costa

le 20 décembre 2021

SOMMAIRE

Toulouse et sa métropole ont vu leur population croitre ces deux dernières décennies. Possédant un riche bassin d’emploi et d’industries au rayonnement international, la ville rose attire de plus en plus de néo toulousains. Il est du devoir des politiques publiques de fournir les infrastructures adaptées à la démographie de son territoire, que ce soit en matière d’appartements neufs ou d’équipements publics comme les transports en commun.

Le 15 décembre 2021, le Comité Syndical de Tisséo, responsable du réseau de transport en commun toulousain a approuvé les études préalables aux travaux du prolongement de la ligne B du métro. Autrement appelé “Connexion ligne B”, le projet permettra de relier la station terminus “Ramonville” à la 3ème ligne de métro, prévue pour 2028.

Connexion Ligne B : un projet qui ne se passe pas comme prévu

© Maxime Lafage – Wikimedia Commons

Nommé ainsi, Connexion Ligne B est le projet de grande envergure visant à améliorer le transport et l’accès aux pôles économiques de Labège, au sud-est de Toulouse. Dans les tuyaux depuis 2012 et après de longues années de concertation publique, les études préalables des travaux ont été approuvées fin 2021, soit 9 ans après les débuts du projet. On l’aura donc compris, un travail de longue haleine mais qui malheureusement, n’est pas au bout de ses peines.

La mise en service retardée à 2027

Comme dans la plupart des projets nécessitant des travaux, et encore plus quand il s’agit de travaux publics, il faut toujours faire face à des imprévus, des situations inopinées. Dans le cas présent, l’ennemi n°1 de ce projet, c’est le temps.

Début 2021, les élus toulousains se réjouissaient à l’idée que le prolongement de la ligne B du métro verrait le jour en 2026. Or, la mise en service de ce nouveau tronçon de 2,7 km devrait plutôt être opérationnelle pour la rentrée 2027. Selon les explications de Tisséo, "le planning du projet a été actualisé pour intégrer les effets de la crise sanitaire et les retards pris dans la négociation du marché avec Siemens", constructeur des 2 premières lignes du métro toulousain.

Ainsi, différents jalons devraient se succéder jusqu’en 2027, date prévue du lancement du projet “Connexion Ligne B” (CLB) au grand public :

La Ligne B du métro devra certainement être fermée, entre les stations Saint-Michel et Ramonville, pendant la durée des travaux, entre 2023 et 2024

Un budget revu à la hausse de 44,5 millions d’euros

L’autre contrainte et pas des moindres est le budget alloué à la réalisation de ce projet pharaonique. L’addition finale du projet “Connexion Ligne B” se rallonge de 44,5 millions d’euros. Le coût total de l’opération s’élève donc à 227 millions d’euros, au lieu de 182,5 millions d’euros initialement prévus. Cette hausse se justifie par une réévaluation du coût du marché, l’actualisation du coût foncier et des déviations de réseaux ou encore l’anticipation à l’obsolescence de certains équipements.

Le projet du métro de la ligne B à Toulouse bénéficie d’aides au financement, réparties comme ci-dessous :

Aides au financement projet Connexion Ligne B
Infogram

Métro ligne B à Toulouse : 2 stations supplémentaires pour relier la 3 ème ligne

À terme, la ligne B du métro toulousain sera prolongée de 2 stations à partir de la station terminus Ramonville pour rejoindre la 3ème ligne du métro : Parc Technologique du Canal & Institut National Polytechnique (INPT) qui servira de station de correspondance. Sur le tracé total des 2,7 kilomètres, seuls 500 mètres seront en souterrain, pour passer sous le Canal du Midi et l’avenue de Latécoère.

© Olybrius – Wikimedia Commons

La station INPT sera donc commune à deux lignes de métro ce qui facilitera grandement les déplacements des toulousains au sein de l’agglomération. Le choix de l’emplacement de cette station de correspondance est tout bonnement réfléchi car il s’agit d’un vaste secteur d’activité économique grâce à la zone commerciale adjacente de Labège Enova (anciennement Innopole). De plus, de nombreux établissements d’enseignement supérieur réunissent près de 3000 étudiants, nécessitant une offre adaptée de logements neufs à Labège.

Le tracé de la ligne B : jusqu’où va le métro ?

La ligne B du métro à Toulouse desservira à terme 22 stations, au lieu de 20 actuellement, reliant la station Borderouge, à nord de Toulouse et la station Ramonville, au sud. Près de 14 000 voyageurs sont attendus chaque jour sur ce tronçon.

La 3ème ligne de métro à Toulouse

Le projet Connexion Ligne B s’inscrit dans le cadre de la construction de la 3ème ligne de métro à Toulouse qui permettra de relier la ville de Colomiers, au nord-ouest à Labège, au sud-est de l’agglomération. Autrement appelée, Toulouse Aérospace Express, cette nouvelle ligne de 27 kilomètres de long couvrira 21 stations, dont 5 en correspondance sur les lignes A, B et le tramway. Selon les estimations fournies par Tisséo, 200 000 voyageurs sont attendus chaque jour.

Le but étant de desservir les grands pôles économiques majeurs, tel que le groupe Airbus qui emploie à lui seul 21 000 salariés sur leurs différents sites de Colomiers, Saint-Martin-du-Touch et Defence and Space. La 3 ème ligne de métro donnera également accès aux pôles d’innovation de Labège Enova, de l’IoT Valley ou encore de la pépinière d’entreprises Prologue Biotech.

Acheter dans l’immobilier neuf près de la 3ème ligne de métro

La construction de la nouvelle ligne de métro et les travaux sur la ligne B ne vont faire qu’accroitre le besoin de logements neufs dans toute la métropole toulousaine. Selon l’Insee, entre 2013 et 2018, la ville rose a accueilli 5 706 nouveaux habitants par an. Tous les projets d’aménagement en cours font gagner à Toulouse de la popularité et de la valeur, surtout dans l’immobilier où on est spectateur d’un marché très tendu qui parvient difficilement à combler toute la demande.

Acheter dans le nord-ouest toulousain

© Dr_Flash - Shutterstock

Le nord-ouest de Toulouse abrite un bassin d’emploi indispensable pour l’agglomération grâce à l’activité aéronautique qui s’est développée dès la fin années 1960. Dans ce secteur, les communes de Blagnac et de Colomiers sont les plus prisées grâce à leur proximité avec Toulouse, les pôles d’Airbus et l’aéroport qui se situe sur la commune de Blagnac. De plus, les deux villes bénéficient d’un accès facilité grâce à la présence de nombreux bus, trains, tramway et bientôt une nouvelle ligne de métro.

Côté immobilier, le nord-ouest affiche une belle offre de programmes neufs qui trouvent preneurs. Selon les données collectées par l’Insee, on peut constater que la vie en appartement est davantage privilégiée, en comparaison aux maisons : 63% des blagnacais et 54% des Columérins habitent en appartement, une tendance qui se traduit dans tout l’ouest toulousain. De plus, le secteur répond aux enjeux actuels en matière d’habitat, grâce à la Z.A.C d’Andromède, transformée en un véritable écoquartier de 4 000 logements, situé à cheval entre les communes de Blagnac et Beauzelle.

Acheter au sud-est de Toulouse

Le sud-est de la ville rose et de son agglomération est tout aussi attractif. Il est la terre d’implantation de nombreuses infrastructures économiques à grande portée et dédiée à l’innovation. Pour Toulouse intra-muros, on recense notamment dans le quartier de Montaudran, le projet de Toulouse Aérospace basé sur un site historique où décollaient les pionniers de l’aviation civile. Vaste de 56 hectares, le quartier réunit 190 000 m² de bureaux et activités tertiaires, 80 000 m² dédiés à l’habitat et 2 nouvelles stations de métro d’ici 2028.

Sur la commune limitrophe de Labège, le grand projet d’Enova, en remplacement de Labège-Innopole est porté par une volonté de réaménagement d’un quartier mixte et fonctionnel. Ce projet à horizon 2035 viendra ajouter 270 000 m² de bureaux, 35 000 m² de commerces et services ou encore 1 050 logements neufs dont la commercialisation est prévue pour 2025.

Les projets de transport de Connexion Ligne B, puis la construction de la 3ème ligne de métro viendront respectivement ajouter de la valeur à ces quartiers et donner une nouvelle dynamique à la métropole. À terme, l’objectif de la collectivité est de créer différents pôles multimodaux afin de faciliter et fluidifier le transport au sein de l’agglomération.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 61 21 79 49
Partager sur