Le « tramway express » pour desservir l’aéroport en 2024

Temps de lecture estimé à environ 5 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 01 juillet 2020

SOMMAIRE

Lors du débat public pour la création de la Toulouse Aerospace Express, il était question de créer une jonction de métro directe vers l’aéroport depuis le rond-point Jean Maga à Blagnac. Le point de vue de Tisséo ayant finalement évolué, l’entité propose, aujourd’hui de créer un “tramway express”. La cause ? Des raisons techniques ainsi que le coût inférieur des travaux pour ce nouveau projet.

En quoi, ce “tramway express” va-t-il modifier les habitudes des usagers ? Pourquoi est-il préférable de conserver le tramway plutôt que de créer une ligne de métro ? Le “tramway express” favorisera t-il le marché immobilier des villes et quartiers qu’il traverse ?

Le « tramway express » pour favoriser l’accès à l’aéroport

Depuis 2015, Tisséo a mis en place la ligne T2 du tramway. Dans les faits, ce réseau de transport relie le centre-ville de Toulouse, depuis la station Palais de Justice, à l’aéroport Toulouse-Blagnac toutes les quinze minutes. Toutefois, depuis le 4 octobre 2017, Tisséo a annoncé vouloir créer l’Aéroport Express, un “tramway express” circulant exclusivement sur le tronçon de 2,7 kilomètres entre le rond-point Jean Maga et l’aéroport Toulouse-Blagnac. De fait, dès 2024 la ligne T2 est vouée à laisser sa place à ce “tramway express”, une ligne totalement dissociée du tramway T1.

Comment les usagers pourront utiliser le “tramway express” ?

Actuellement, les personnes qui souhaitent accéder à l’aéroport Toulouse-Blagnac avec le tramway, utilisent la ligne T2 qui les conduit juste en face de l’enceinte aéroportuaire. Dès 2024, deux options se présenteront aux usagers. La première consiste à utiliser la ligne T1 du tramway toulousain jusqu’à la station “Ancely” et pour rejoindre, à pied, le futur arrêt prévu au rond-point Jean Maga, placé à 300 mètres de là. La seconde alternative revient à emprunter la “Toulouse Aerospace Express”, le 3ème métro, jusqu’au futur arrêt prévu au rond-point Jean Maga et à utiliser l’“Aéroport Express”.

Les navettes de tramway seront, elles aussi, améliorées afin d’offrir plus de confort aux voyageurs avec, notamment, la création d’emplacements réservés aux valises.

Une fréquence des trajets accélérée

Le “tramway express” est couplé au projet de construction de la ligne “Toulouse Aerospace Express”. Avec sa mise en place, le temps de trajet entre Colomiers et l’aéroport sera pratiquement divisé par deux. En effet, il ne faudra que 12 minutes pour y accéder, contre 25 minutes en voiture aux heures de pointe, selon les données de Google Maps.

Aujourd’hui, l’aéroport est desservi toutes les 15 minutes par la ligne T2. D’ici 2024, le “tramway express” proposera une fréquence accélérée de ses trajets et l’aéroport sera desservi par une navette de tramway toutes les 5 minutes. Pour cela, des aménagements routiers sont programmés.

Par “effet boule de neige”, la fréquence du trajet Arènes-Beauzelle sera accélérée dû au fait que le trajet ne sera plus dévié vers l’aéroport. Dans la foulée, la ligne T1 se verra prolongée après la station “Aeroconstellation”, lorsque le Parc des Expositions de Toulouse aura déménagé à Beauzelle.

Des tarifs vus à la hausse

Une telle mise en place entraînera une hausse des tarifs. Tisséo a précisé que les titres de transport de ce “tramway express” auront un tarif spécifique. Un prix situé entre le coût d’un ticket tarif plein et celui proposé par la navette de bus de l’aéroport. Soit un titre de transport au prix variant de 1,60€ à 8€.

Pourquoi Tisséo préfère-t-il le tramway express à la ligne de métro ?

La solution de “tramway express” constitue un compromis à la fois financier et technique. Le budget est l’élément qui a pesé le plus lourd en faveur de la création du “tramway express”. Effectivement, avec la mutation du tramway, la marque toulousaine de réseau de transports en commun dépensera 45 millions d’euros. Cette somme servira uniquement à modifier les infrastructures actuelles afin de les adapter aux besoins de l’Aéroport Express.

Par ailleurs, s’il avait été choisi de créer un métro jusqu’au pied des pistes de l’aéroport, Tisséo aurait dû dépenser 110 millions d’euros. De plus, le métro n’aurait pas offert le même confort que le “tramway express” :

”Le tracé de cette “navette” pourra suivre l’extension inévitable vers le nord de l’aéroport et assurer une desserte directe des différents points d’embarquement, ce qui n’aurait pas pu être le cas avec le métro.”, explique Francis Grass, élu au bureau de Tisséo, à Actu Toulouse.

L’« Aéroport Express », pour le parfait maillage des transports en commun toulousains

Les transports constituent l’un des plus importants enjeux de Toulouse. La ville rose est plus que jamais sous les feux des projecteurs. Les Néo-toulousains affluent en masse, à tel point, qu’entre ses murs, Toulouse accueille près de 10.000 nouveaux habitants tous les ans. D’ailleurs, cette augmentation massive de la population entraîne des conditions de circulation pénibles sur les principaux axes routiers de l’agglomération. C’est en cela, que la 3ème ligne de métro, qui figurait comme l’un des projets phares de Jean-Luc Moudenc lors de sa candidature au poste de maire de la ville, a été reconnue d’utilité publique.

L’objectif est de proposer un mode de transports en commun alternatif à la voiture. Dès lors, un tracé a été étudié et réalisé. Toulouse Aerospace Express raccorde donc l’ensemble des pôles économiques situés autour de Toulouse. De fait, les villes de Colomiers, Blagnac et Labège, ainsi que le quartier Montaudran sont tous reliés entre eux. Grâce au “tramway express”, Tisséo espère rapprocher ces zones économiques de l’aéroport.

Par ailleurs, lors du débat public de la 3ème ligne de métro, il avait été évoqué que les entreprises s'installent de plus en plus proche des réseaux de transports. L’objectif étant de favoriser un accès facile et rapide aux employés. De même que pour une acquisition immobilière, les investisseurs et primo-accédants sont particulièrement, et de plus en plus attentifs à la proximité des transports pour rallier le centre-ville et les bassins d’emplois du grand Toulouse. Les promoteurs en immobiliers neufs l’ont bien compris et développent de plus en plus de projets proches des moyens de transport en commun. Pour exemple, le long de l’avenue de Muret qui bénéficient d’un fort maillage, dans le quartier Croix de Pierre les résidences neuves fleurissent. De même, maintenant que le parcours de la Toulouse Aerospace Express a été dévoilé, de nombreux promoteurs projettent le lancement de nouveaux programmes le long du tracé.

Partager sur