Saint-Simon : une ancienne zone industrielle laisse place à un village urbain innovant

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 01 juillet 2020

SOMMAIRE

C’est entre le bassin d’emplois de Basso-Cambo et la zone pavillonnaire de Saint-Simon, sur l’ancien site de Freescale, que l’un des plus grands projets d’aménagement privé de la métropole toulousaine vient d’être lancé. Ce “village urbain” comprendra 550 logements neufs, 12.000 m² de bureaux, 3.500 m² de commerces et de services ainsi qu’une structure scolaire. Porté par le promoteur Vinci Immobilier, ce projet vise à créer une nouvelle vie de quartier en centre-ville.

Selon Philippe de Villèle, Directeur Général Adjoint Immobilier Résidentiel et des Régions de VINCI Immobilier, la reconversion de ce site, à travers un nouveau quartier mixte, va permettre de valoriser l’image du Sud-Ouest Toulousain.

Un site au passé industriel qui devient l'un des plus grands projets d'aménagement privé de Toulouse

C’est dans ce secteur situé aux portes du sud-ouest de Toulouse, à proximité du quartier du Mirail, qui fait partie de ces rares zones ayant un fort potentiel de rentabilité, que l’entreprise américaine Motorola s’était implantée dans les années 1960 pour sa proximité avec le centre-ville.

Aujourd’hui, Motorola a laissé sa place à l’entreprise Freescale. Cette société informatique, qui emploie 200 personnes sur le secteur, a vendu 15,2 hectares de la zone au promoteur Vinci Immobilier. Ce dernier compte y construire un projet d’habitat, qu’il présente comme un véritable “village urbain”. Il constituera l’un des plus grands projets d’aménagement privé de la Ville Rose. En région Occitanie, c’est la première fois qu’un promoteur engage la procédure dite de “tiers demandeur” : il s’agit d’une procédure visant à faciliter et à accélérer la réhabilitation des friches industrielles.

« C’est vraiment le fer de lance de Vinci immobilier en territoire toulousain et on en est très fier. »
Anna Roche, directrice du projet

Un nouveau quartier mixte

Le nouveau programme immobilier du village urbain de Sain-Simon vue de faceCrédit photo : Taillandier Architectes Associés (TAA)

Jusqu’alors occupée par une activité industrielle, Vinci Immobilier fait revivre une partie de la Ville Rose située entre l’avenue du général Einsnhower et le centre du quartier Saint-Simon. Tout comme le nouveau quartier Guillaumet, qui s’installe sur un ancien terrain industriel, le projet de Vinci Immobilier prend place sur un terrain de 15,2 hectares. Il sera composé de sept îlots qui abriteront des logements collectifs et des maisons de ville (30%). Les logements sociaux locatifs représenteront 25% du projet, l’accession sociale à la propriété 10% et les logements à prix maîtrisé 10%.

Les deux premiers lots, comprenant 91 villas et 59 logements collectifs, seront livrés au 4ème trimestre 2021. L’opération globale du chantier, qui se fera en trois phases, sera livrée à l’horizon de 2024.

Afin de créer du lien et de favoriser la mixité sociale, le quartier à été pensé de manière à faciliter les échanges et les rencontres.

Pour la réalisation de ce projet, le promoteur met à la disposition des habitants l'assistant à maîtrise d’usage Palanca. Sa mission est de développer l’interconnaissance, de créer du lien social et d’accompagner les nouveaux résidents dans les usages mis à leur disposition. Ces nouveaux services concernent :

Un important travail de séquençage a été apporté au site. Ce travail était nécessaire pour rythmer le projet et pour développer différentes atmosphères. Selon leur situation et leur spécificité paysagère, chaque quartier a été associé à différentes palettes végétales : vert et blanc au Nord-Ouest, ocre et rouge au Sud-Est.

Des coeurs d’îlots arborés intègrent également le village. Ces espaces publics ont été pensés avec une forte ambition environnementale. C’est pourquoi, des pistes cyclables et de larges espaces verts le long des voies s'intègrent au projet.

« C’est un quartier dans lequel le paysage sera très présent, avec des espaces verts et un potager partagé au sein de la résidence. On a aussi voulu que le quartier facilite les échanges et les rencontres entre les habitants. »
Anna Roche, directrice du projet

Un futur collège, dont la maîtrise d’oeuvre est confiée au Conseil départemental est également prévu. Il accueillera ses premiers élèves dès la rentrée de 2021. Le quartier comprendra également 15.500m² de bureaux, de commerces et de services. Côté bureaux, de nombreuses entreprises se sont déjà montrées intéressées.

« On estime que 1000 personnes viendront y travailler quotidiennement. »
Anna Roche, directrice du projet

Fiche récapitulative du programme

Maquette du projet de village urbain dans le quartier Saint-SimonCrédit photo : L'Atelier des Chimères

Une architecture variée

Vue sur le programme immobilier du nouveau quartier mixte de Saint-SimonCrédit photo : Taillandier Architectes Associés (TAA)

En collaboration avec le promoteur Vinci Immobilier, le cabinet Taillandier Architectes Associés (TAA) a imaginé l’architecture du projet. Ce cabinet toulousain a travaillé avec trois autres jeunes cabinets de Toulouse : V2S, Bétillon et Freyermuth, et l'Atelier Vela. L’agence Woordstock, quant à elle, était en charge du volet paysager du programme.

Le projet de construction doit rester cohérent avec le tissu existant du quartier de Saint-Simon. Une attention particulière a donc été portée sur la gradation des hauteurs des bâtiments.

« Nous avons choisi de faire appel à trois jeunes agences d’architectes afin d’assurer la diversité architecturale des projets tout en maintenant une cohérence urbaine globale [...]
Cette démarche a permis de faire émerger une architecture contemporaine de grande qualité, adaptée à chaque environnement : une écriture très urbaine avec les toitures terrasses des villas qui assurent la couture avec les logements collectifs ; des constructions basses, intégrant des parements en brique et des toitures en tuiles, à l’approche des quartiers pavillonnaires de Saint-Simon. »
Pierre-Louis Taillandier, architecte du projet

Un quartier innovant qui crée la controverse chez les riverains

Toulouse renouvelle en continu son parc immobilier pour rester l’une des places fortes de l'hexagone pour les investisseurs. Cependant, les riverains de Saint-Simon craignent une urbanisation excessive de leur quartier, ainsi qu’une asphyxie du secteur par les voitures. Ce nouveau site d’habitation s’intègre dans un quartier qui accueille des centaines de nouveaux logements chaque année, avec les problèmes de circulation et d’embouteillages que cela engendre. Fin 2016, une pétition signée par 600 personnes a été envoyée à la mairie, ainsi qu’un recours gracieux qui a été refusé.

Cela fait plusieurs années que les habitants du quartier, via l’association “Saint-Simon environnement” s’alarment de la main-mise des promoteurs sur leur quartier. Vinci Immobilier a ouvert la discussion avec les riverains. Ces échanges ont perduré tout au long de l’élaboration du projet.

« On a fait des réunions publiques avec le maire de quartier dès 2017 et on a toujours maintenu le lien avec l’association Saint-Simon environnement. Et ça c’est bien passé, la meilleure preuve c’est que les permis d’aménagement et de construire n’ont fait l’objet d’aucun recours. Il faut dire qu’on apporte un plus au quartier : la taxe d’aménagement que le projet génère va permettre d’enclencher des travaux conséquents sur l’avenue Eisenhower.. »
Anna Roche, directrice du projet

Sources

Partager sur