L’écoquartier de la Cartoucherie chauffé et climatisé grâce aux déchets

Temps de lecture estimé à environ 3 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 01 juillet 2020

SOMMAIRE

Le centre de valorisation énergétique du Mirail a inauguré en présence de Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, sa nouvelle tour aéroréfrigérante. Une machine qui permet de produire de l’air froid pour climatisation, par combustion de déchets ménagers. Sa mise en place doit-être effective d’ici 2025 à la Cartoucherie, l'écoquartier du centre-ville de Toulouse.

Comment fonctionne cette tour aéroréfrigérante ? En quoi ce concept est-il novateur et écologique ?

La tour aéroréfrigérante de Toulouse, une première Française

Une tour aéroréfrigérante, qu’est-ce-que c’est ?

Selon le site du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, une tour aéroréfrigérante est une machine permettant d’échanger la chaleur en “air/eau”, dans laquelle l’eau doit refroidir au contact de l’air ambiant. Ainsi, le refroidissement s’effectue principalement par évaporation de l’eau.

Une tour aéroréfrigérante au Mirail à Toulouse

Le centre de valorisation énergétique du Mirail a présenté sa nouvelle tour aéroréfrigérante à Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse. Celle-ci doit servir à alimenter le réseau de climatisation de l’écoquartier de la Cartoucherie. D’ici 2025, ce sont 54.000 m² de bâtiments administratifs qui seront alimentés par cette méthode de climatisation. Actuellement, ce sont 7.000 m² de bureaux ainsi que l’École régionale de Santé qui en profitent. Toutefois, la tour aéroréfrigérante du Mirail constitue une première Française, car elle fonctionne grâce à l’incinération des déchets ménagers.

”En faisant le choix d’un réseau innovant, nous avons pour objectif de poursuivre la transition énergétique de la ville avec la valorisation d’une énergie locale de récupération”, Toulouse Métropole.

Le coût du projet de la construction de cette tour est de 2,7 millions d’euros. Toutefois, il s’inscrit dans le continuité des projets déjà en place dans l’écoquartier de la Cartoucherie et à pour vocation d’assurer la transition énergétique de toute la ville.

La Cartoucherie chauffée grâce aux déchets ménagers

50.000 habitations de l’écoquartier de la Cartoucherie sont déjà chauffées grâce à la combustion de déchets ménagers. Cette méthode de chauffage évite d’avoir recours aux énergies fossiles telles que le pétrole ou le gaz. En outre, en utilisant les ordures ménagères : “1 million de tonnes de pétrole est économisé”, selon SETMI Toulouse. D’ailleurs, les déchets constituent “la deuxième source d’énergie renouvelable alternative en France”, derrière le nucléaire.

La combustion des déchets, est-ce écologique ?

L’utilisation des déchets constitue, ce que l’on appelle “une énergie renouvelable alternative”. Les énergies renouvelables alternatives sont “non polluantes et sans risque” pour l’environnement et la planète, selon le site internet energiealternative.fr,. C’est lors des conférences de Rio et de Kyoto qu’elles ont été évoquées pour la première fois. L’intérêt étant de lutter contre “l’épuisement des énergies fossiles et la diminution de la couche d’ozone”.

La méthode par incinération permet de réduire le volume des déchets de plus de 90%. De plus, cette méthode est peu coûteuse et assure la production d’énergies valorisables en chaleur et en électricité. L’électricité produite est, alors, vendue à la société EDF, tandis que la chaleur est cédée à la collectivité toulousaine.

Concrètement, dans le centre de valorisation des énergies du Mirail, ce sont près de 275.000 tonnes de déchets ménagers et industriels qui sont incinérés chaque année. De plus, tous les ans, ce sont 57 tonnes de moins de dioxyde de carbone qui sont rejeté dans l’atmosphère.

SOURCES
  • Setmi Toulouse
  • Toulouse : un quartier climatisé grâce aux ordures ménagères - 20Minutes
  • Les ordures peuvent aussi faire du froid - La Dépêche du Midi
  • Toulouse : l’écoquartier de la Cartoucherie est climatisé grâce à vos déchets - Actu Toulouse
  • Les Tours aérorefrigerantes - Développement durable.gouv.fr
  • Énergie alternative
Partager sur